minerva homepage


 
  About Minerva  
  Structure  
   
  NPP  
  Good practices  
  Competence centres  
  Guidelines  
  Enlargement  
  Events  
  References  
  Publications  

home  |  search  |  map  |  contact us  
Path: Home | Publications | Global Report | Global Report 2002  |  France


 

Coordinating digitisation in Europe

Progress report of the National Representative Group: coordination mechanisms for digitisation policies and programmes 2002


Jean Pierre Dalbéra
Mission de la Recherche et de la Technologie, Ministè de la Culture et de la Communication

Muriel Foulonneau
Relais Culture Europe


Rapport national: France



Version officielle du rapport d´étape français sur la politique de numérisation du patrimoine

La politique mise en oeuvre

En France, la numérisation du patrimoine culturel et scientifique est organisée en différents programmes. Le programme national de numérisation du Ministère de la Culture et de la Communication concerne les fonds d´Etat détenus par les services publics, distincts des grands établissements nationaux : Institut National de l´Audiovisuel (INA), Bibliothèque Nationale de France (BnF), Réunion des Musées Nationaux (RMN), Institut de Recherche et Coordination Acoustique / Musique (IRCAM), qui ont leur propre programme de numérisation. Les collectivités locales co-financent certains projets ou financent des projets spécifiques de valorisation des documents numériques.
La Commission "informatique documentaire et multimédia" du Conseil Ministériel de la Recherche rassemble des experts de tous les secteurs culturels sur les questions liées à la numérisation du patrimoine. La Mission de la Recherche et de la Technologie (MRT) du Ministère de la Culture et de la Communication coordonne les activités scientifiques transversales, la production des connaissances, l´élaboration des systèmes descriptifs, la structuration et les modèles de données, l´amélioration des outils informatiques, la valorisation des résultats. La MRT agit à la fois comme comité d´expertise scientifique et comme observatoire national de la numérisation du patrimoine culturel.

Le programme national de numérisation

Initié en 1996, le programme national de numérisation du Ministère de la Culture et de la Communication porte sur la numérisation des fonds iconographiques, sonores et audiovisuels appartenant à l´Etat. Il est géré par la MRT qui s´appuie sur le comité d´experts de la Commission " Informatique documentaire et multimédia " du Conseil Ministériel de la Recherche. Depuis 2000, une dotation budgétaire a été créée pour soutenir la numérisation des fonds appartenant aux collectivités locales. À ce jour, le programme de numérisation couvre 20 régions et 3 directions de l´administration centrale du Ministère de la Culture et de la Communication, rassemblant des fonds conservés dans les services de l´inventaire général des richesses artistiques et culturelles de la France, des services de l´archéologie, des monuments historiques, des musées, des archives départementales, des bibliothèques municipales. Ces opérations ont bénéficié de crédits d´un montant d´environ 390.000€ (2,5 MF) en 1996, 410.000€ (2,65 MF) en 1997, 620.000€ (4 MF) en 1998, 770.000€ (5 MF) en 1999, 1,8 M€ (12 MF) en 2000, en 2001 et en 2002.
Pour 2003, une dotation totale de 2,56 M€ est inscrite au projet de loi de finances pour la numérisation soit une augmentation de 40 % ce qui montre la priorité que représente cette activité pour le ministère.
Le programme national de numérisation a permis de numériser 2 millions d´images et 2.000 heures de son. La numérisation des images animées a commencé à être prise en compte lors de l´appel à projets 2002. Les documents numérisés sont valorisés dans des cédéroms consultables dans les centres d´archives ou de documentation et, en ligne, dans les grandes bases de données nationales du ministère, telles que:

Les grands établissements publics

Les grands établissements publics et des institutions du réseau culturel ont également leur propre programme de numérisation, comme l´Institut National de l´Audiovisuel ou la Bibliothèque Nationale de France.
Pour assurer la conservation pérenne du patrimoine et pour faciliter son accès, notamment aux professionnels, l´Institut National de l´Audiovisuel a lancé un vaste plan de sauvegarde et de numérisation qui comporte deux volets : un dispositif de sauvegarde systématique des fonds antérieurs à 1990, et un dispositif de sauvegarde et de numérisation à la demande dédié en priorité à la communication au jour le jour des archives. L´Institut national de l´audiovisuel a numérisé plus de 500.000 heures de télévision. http://www.ina.fr.
Grâce au plan de numérisation de la Bibliothèque Nationale de France, sa bibliothèque numérique s´enrichit de milliers d´ouvrages, d´images et de documents sonores chaque année. Plus de 80 000 documents numériques sont ainsi consultables sur les sites de lecture et 50 000 documents de cette collection sont consultables et téléchargeables à distance et gratuitement par Internet. http://www.bnf.fr.

L´annuaire national des fonds numérisés et le site sur la numérisation

L´annuaire des fonds numérisés (http://www.culture.gouv.fr/culture/mrt/numerisation/fr/f_02.htm), maintenu par les différents services du ministère, assure la visibilité des collections culturelles numérisées. Il rassemble à ce jour 526 fiches décrivant des fonds patrimoniaux numérisés. La coordination est assurée par la MRT.
L´annuaire national des fonds numérisés est intégré au site sur la numérisation qui comprend l´ensemble des informations relatives au programme national de numérisation du Ministère de la Culture et de la Communication. Des fiches juridiques et techniques rassemblent des informations pratiques. Un ensemble de documents, articles, guides y figurent. Les principaux évènements au niveau national et européen sont mentionnés dans un agenda. Enfin, une section Europe permet de présenter notamment les actions menées dans le cadre du Groupe des Représentants Nationaux.

Une politique active de valorisation des ressources

L´ensemble des collections numérisées dans le cadre du programme national de numérisation illustre la diversité et la richesse des collections patrimoniales et permet d´accroître la présence des contenus français sur l´Internet.
Des présentations multimédias, à destination de différents publics, scolaires, professeurs, touristes et grand public permettent de valoriser les ressources numérisées. Elles mettent en scène le patrimoine dans un souci pédagogique ou de diffusion.
Ces projets sont aussi l´occasion pour des spécialistes venus d´horizons différents de croiser leurs compétences pour travailler sur des produits éditoriaux originaux.
" L´Histoire par l´image " (http://www.histoire-image.org/) est un site pédagogique à destination des enseignants, réalisé en partenariat par la Direction des Musées de France et le Ministère de l´Education nationale. Il illustre le programme d´histoire des lycées et est structuré de manière à enseigner la lecture des images et à aborder le contenu des programmes par l´image elle-même.
Le site " Louvre.edu " (http://www.louvre.edu) a également été réalisé en partenariat avec le Ministère de l´Education nationale français, à destination des élèves.
La collection des Grands sites archéologiques gérée par la MRT permet de travailler avec des chercheurs sur la représentation en ligne de lieux ou sujets de fouilles comme :

La collection complète se trouve à l´adresse: http://www.culture.fr/culture/arcnat/fr/index.htm.
D´autres sites sont développés avec des chercheurs, dans les domaines de l´architecture et à l´occasion des grandes célébrations nationales (http://www.victorhugo2002.culture.fr/).
Un projet de regroupement des données et informations culturelles sur un portail dédié à la culture française est actuellement en cours d´élaboration à la demande du Ministre de la Culture et de la Communication. Il offrira de nouveaux services multilingues et facilitera l´accès aux données. Son ouverture est prévue courant 2003.

L´adoption des Principes de Lund

Les " Principes de Lund ", établis en avril 2001 représentent la déclaration d´intention des Etats pour faire évoluer leur politique de numérisation du patrimoine dans un sens commun. Le Ministère de la Culture et de la Communication a intégré ces principes (promotion de l´interopérabilité, de schémas destinés à favoriser l´intégration des données européennes, d´une politique de recherche) dans ses orientations sur la numérisation du patrimoine culturel et scientifique.
La promotion d´une vision européenne des politiques et programmes de numérisation est assurée en France par la MRT et la Commission " Informatique documentaire et multimédia " du conseil ministériel de la recherche (avec le soutien de Relais Culture Europe) au travers de nombreuses interventions auprès des différentes directions du ministère, au sein de conférences et de colloques. Le site sur la numérisation a également ouvert une section européenne pour diffuser les travaux menés au niveau européen (http://www.culture.gouv.fr/culture/mrt/numerisation/fr/f_07.htm).
L´adoption de normes européennes communes sera favorisée par la coopération des initiatives et des réseaux nationaux et la définition d´orientations claires au niveau ministériel sur des thèmes tels que la préservation, l´interopérabilité, la gestion des droits de propriété intellectuelle, le développement de modèles commerciaux cohérents et l´accès aux ressources culturelles. Le rapport sur La diffusion numérique du patrimoine, dimension de la politique culturelle de Bruno Ory-Lavollée, réalisé à la demande du ministre de la culture en janvier 2002 traite ces points et identifie les besoins de coordination au niveau national (http://www.culture.gouv.fr/culture/
actualites/rapports/ory-lavollee/ory-lavollee.pdf
).
Le développement d´une politique de recherche sur la numérisation et la valorisation des ressources numérisées est une priorité, inscrite dans les orientations stratégiques de la recherche pour 2002-2004 du Ministère français de la Culture et de la Communication: (http://www.culture.gouv.fr/culture/mrt/cmr/schema2001_2004/
som_schema_rmc_01_04.htm
).
Les thèmes abordés par les Principes de Lund ont été rassemblés pour être discutés dans des groupes d´experts, coordonnés dans le cadre du projet Minerva (http://www.minervaeurope.org/). Les plates-formes communes pour la valorisation des fonds numérisés, des bonnes pratiques et l´évaluation comparative permettront d´organiser ces activités au niveau français, en s´appuyant sur l´expertise des Etats ayant déjà mis en place des structures adaptées.
Les détails de cette organisation se trouvent dans le National Policy Profile publié sur le site numérisation du Ministère de la Culture et de la Communication:
http://www.culture.gouv.fr/culture/mrt/numerisation/
fr/eeurope/nationalpages-1-fr.html
. Il est constamment actualisé par la Mission de la Recherche et de la Technologie.

Activités de coopération

Les politiques de numérisation du patrimoine culturel et scientifique français doivent prendre en compte l´ensemble des initiatives et réseaux nationaux et internationaux, politiques, de la recherche, de l´éducation, de la culture qui travaillent sur les thématiques de la numérisation. Elles doivent tirer parti des centres d´expertise sur des types de documents et sur des technologies spécifiques et promouvoir et partager les ressources numériques créées pour assurer une large présence des contenus culturels sur Internet.

Coordination de réseaux nationaux

La coordination des activités françaises dans le cadre du Groupe des Représentants Nationaux sur la Numérisation du Patrimoine Culturel et Scientifique est assurée par les 3 personnes suivantes :

  • Jean-Pierre Dalbéra, chef de Mission de la Recherche et de la Technologie, Ministère de la Culture, représentant national sur la numérisation du patrimoine culturel et scientifique ;
  • Daniel Malbert, chargé de mission pour la société de l´information, département des affaires internationales, Ministère de la Culture;
  • Muriel Foulonneau, chargée de mission pour la société de l´information, Relais Culture Europe.

Les représentants français dans la coopération européenne s´appuient sur la Commission " Informatique documentaire et multimédia " du Conseil Ministériel de la Recherche, coordonné par la MRT et qui rassemble les experts des différents secteurs culturels impliqués dans la numérisation du patrimoine.
Pour chacune des réunions des groupes d´experts du GRN, les membres du Comité ministériel pour le multimédia sont sollicités et informés. Ils participent à la collecte des informations et aux réunions sur la qualité des sites Internet culturels, le recensement des activités de numérisation, les bonnes pratiques, l´évaluation comparative, l´interopérabilité, l´accès à des ressources multilingues et les questions de droit de la propriété intellectuelle.
Les travaux européens sont coordonnés avec le Département des Affaires internationales du ministère et le correspondant du ministère au Comité des Affaires Culturelles (CAC).

Liens avec d´autres initiatives nationales

La MRT doit participer au réseau thématique pluridisciplinaire (RTP) " document numérique " du Centre National de la Recherche Scientifique. Une réunion qui s´est tenue le 4 octobre 2002 a rassemblé l´ensemble des laboratoires du réseau ayant présenté une réponse à l´appel à manifestation d´intérêt lancé par la Commission européenne pour préparer le 6e Programme Cadre de Recherche et Développement (PCRD). La mission de la recherche et de la technologie a présenté au membres du RTP le projet de réseau d´excellence ESCHER, issu du Groupe des Représentants Nationaux sur la Numérisation du Patrimoine Culturel et Scientifique.
Les travaux de réseaux nationaux et multinationaux tels que le projet " Accès Multilingue au Patrimoine ", initié par un laboratoire du CNRS, sont activement suivis et financés afin de soutenir les efforts de numérisation.
Des projets sont également en cours avec le réseau des musées francophones (France, Belgique, Suisse, Québec/Canada) pour réaliser un portail. Ce projet est piloté par l´OCIM : l´Office de Coopération et d´Informations Muséographiques de l´université de Dijon. http://www.ocim.fr/sommaire/centre/photos.html.
Un réseau d´acteurs de la recherche sur les technologies de l´information appliquées à la culture est en cours de construction. Un représentant du Ministère de la Culture et de la Communication a été nommé au Groupe Thématique National du programme Société et Technologies de l´Information de la Commission européenne (IST) pour y évoquer les problématiques de la recherche sur les contenus culturels numériques.
L´établissement d´une coopération inter-ministérielle sur les thématiques de la numérisation du patrimoine culturel et scientifique est devenue une priorité. Elle doit compléter les démarches entreprises pour mieux intégrer les résultats de la recherche et stimuler des initiatives conjointes avec le secteur de l´éducation.

Coopération européenne et internationale

L´ensemble des secteurs culturels sont impliqués dans des réseaux internationaux, tels que la Direction des Musées de France dans l´Institut d´information européen des musées (" European Museums´ Information Institute "), l´Institut de Recherche et Coordination Acoustique / Musique dans le réseau ISMIR (International Conference on Music Information Retrieval), la Bibliothèque Nationale de France dans le réseau Eblida (European Bureau of Library, Information and Documentation Associations), la direction des archives de France dans le projet européen ERPANET (Electronic Resource Preservation and Access Network).
En plus des réseaux de coopération, les institutions culturelles françaises participent à de nombreux projets sectoriels, tels que PRESTO pour la restauration des archives audiovisuelles (INA), CUIDADO pour l´accès au son et aux images audiovisuelles (IRCAM), RLG-CMI pour la mise en commun des ressources numérisées de plus de 200 institutions dans le monde (Direction des Archives de France, BnF), NEDLIB pour le dépôt légal du Web (BnF), ARTISTE pour l´accès à des images haute définition (C2RMF), STRABON pour l´utilisation des ressources numériques patrimoniales pour développer le tourisme culturel et durable en Méditerranée (MRT).
Les réseaux internationaux s´appuient également sur des projets de coopération bi-latérale, avec le Canada (projet franco-canadien pour la numérisation et la valorisation des Archives de la Nouvelle France) et la Finlande (projets multimédias dans les bibliothèques).
Des projets transversaux, impliquant le patrimoine des archives, des bibliothèques, des musées sont pris en charge par la Mission de la Recherche et de la Technologie, en coopération avec des PMEs, le secteur de la recherche, celui du tourisme (ex : la Fondation Maison des Sciences de l´Homme pilote le projet euro-méditerranéen STRABON soutenu par les ministères chargés de la culture, du tourisme et des affaires étrangères) et le secteur associatif (ex : Relais Culture Europe dans Minerva).
Des projets spécifiques de valorisation du patrimoine culturel sont menés en coopération avec d´autres pays européens, comme le montrent des productions multimédias telles que " Vivre au bord du Danube il y a 6500 ans ", réalisé en coopération avec le Musée national d´histoire de la Roumanie (http://www.culture.fr/culture/arcnat/harsova/fr/index.html).
Le parcours virtuel sur " La Cité de Carcassonne " (http://www.carcassonne.culture.fr/) a été développé pour le réseau de sites " Moyen-âge réel, Moyen-âge imaginaire ", créé dans le cadre d´un projet européen lancé à l´initiative des musées de la ville de Turin. Enfin, le ministère participe aux travaux de l´Unesco sur la préservation et l´accès au patrimoine : projet de "recommandation sur la promotion du multilinguisme et de l´accès universel au cyberespace", projet de "charte pour la conservation du patrimoine numérique", projet de "convention internationale pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel".
La participation du ministère est coordonnée par le Département des Affaires internationales, dont le représentant siège également au comité intergouvernemental du programme "Information pour tous" chargé de coordonner et d´évaluer les actions de l´Unesco dans le domaine des technologies de l´information et de la communication.
Un séminaire d´experts international "Vers un espace public numérique solidaire pour le patrimoine culturel", organisé en septembre 2001 sous l´égide de l´Unesco a permis de comparer les meilleures pratiques visant à assurer un accès large et pérenne au patrimoine numérisé.

Evaluation comparative

Les standards déterminés par les experts de la Commission "Informatique documentaire et multimédia" du Conseil Ministériel de la Recherche sont utilisés comme référence pour le programme national de numérisation et tous les projets qu´il finance ou co-finance.
Une réflexion a été engagée sur l´évaluation comparative des programmes de numérisation, en s´appuyant sur les initiatives européennes, la grille commune établie par les experts européen et l´étude productivité européenne réalisée auprès de la Bibliothèque Nationale de France, l´Institut National de l´Audiovisuel et l´Institut de Recherche et de Coordination Acoustique/Musique (IRCAM). La coopération à engager avec d´autres ministères sur la numérisation du patrimoine culturel et scientifique devra inclure une démarche de comparaison des pratiques et des programmes engagés.
L´appel à propositions 2003 du programme national de numérisation du Ministère de la Culture et de la Communication intégrera des éléments sur l´évaluation des projets, leurs objectifs et le retour d´expérience. Les réflexions menées au niveau européen nourriront ces dispositions nouvelles.

Inventaires et identification des ressources

Afin de rendre compte de l´activité de numérisation réalisée grâce aux programmes engagés, une politique de recensement des fonds numérisés a été lancée à partir de 1996. L´ensemble du travail de recensement a permis d´alimenter une plate-forme sur Internet qui donne accès aux descriptions des fonds.

Inventaires disponibles

Un inventaire des fonds numérisés a été mis en place en 2001, à la demande du ministre de la culture, afin de rendre compte et de valoriser les résultats des programmes de numérisation.
L´annuaire a été étendu aux collections dont la numérisation a été financée par des collectivités locales. Le catalogue contient actuellement 526 notices descriptives de fonds (http://www.culture.gouv.fr/culture/mrt/numerisation/fr/f_02.htm).
L´annuaire est installé sur la plate-forme SDX, développée dans le cadre des activités de recherche et développement du Ministère de la Culture, pour publier sur l´Internet des sites Web dynamiques et effectuer des recherches dans des documents XML (http://sdx.culture.fr).
Il contient des fiches provenant des différents secteurs culturels, musées, bibliothèques, archives, archéologie, monuments, etc.
Le recensement est opéré grâce au programme national de numérisation et à des relais dans chaque secteur d´activité, bibliothèques, archives, archéologie, musées. La mission de la recherche et de la technologie coordonne la collecte d´informations et agit comme observatoire national.
L´annuaire des fonds numérisés devrait évoluer vers une structure inter-ministérielle. Des contacts sont en cours avec d´autres ministères afin d´harmoniser la collecte de l´information sur les collections numérisées.
Parmi les différentes initiatives, il est possible de mentionner celle de la sous-direction des bibliothèques du Ministère de l´éducation nationale qui a réalisé en 1999 et en 2002 des enquêtes sur les projets de numérisation en cours (http://www.sup.adc.education.fr/bib/).

Metadonnées et interopérabilité pour l´identification des ressources

L´annuaire des fonds numérisés contient deux types d´éléments, décrivant d´une part les institutions responsables et d´autre part les fonds et collections. Les fiches descriptives ont été élaborées, avec un souci de simplicité, en concertation avec des représentants de chacun des secteurs afin de correspondre aux différents types de fonds.
Les fiches décrivent d´une part les fonds numérisés et le projet de numérisation les concernant (statut du projet, financement, informations techniques, thème de la collection), d´autre part les institutions qui en ont la garde (adresse, représentant, statut).
Elles permettent de rendre compte des activités de numérisation, d´assurer la cohérence des collections numériques et d´analyser la teneur des projets engagés.
La collecte des informations et la maintenance des fiches sont réparties entre les différentes directions du ministère et les différents établissements concernés. Mais les fiches sont rassemblées dans une seule base avec une seule interface.
Le 26 juin 2002, une réunion a été organisée avec les directions du ministère et les établissements publics sous tutelle pour analyser le fonctionnement de la collecte d´informations, les fonctionnalités de l´annuaire, ses usages et ses évolutions possibles.
L´ensemble des interlocuteurs présents ont redéfini les objectifs de l´annuaire comme un moyen de repérer les initiatives dans chaque secteur, de favoriser les opérations de valorisation sur des thématiques données, rassemblant des fonds issus de plusieurs institutions, d´éviter de numériser plusieurs fois les mêmes documents, d´informer le grand public, enfin d´identifier les centres de compétences sur la numérisation de types de documents spécifiques.
Les aspects documentaires d´un tel système sont particulièrement importants. En effet, la description au niveau des collections, c´est-à-dire au niveau d´ensembles documentaires pose des problèmes de cohérence, entre secteurs, en fonction de la taille des institutions gestionnaires et en fonction de l´étendue des projets de numérisation concernés.
La description des projets est réalisée selon l´utilisation même de l´annuaire, elle prend en compte les indicateurs pertinents pour la mise en œuvre de la politique de numérisation du ministère.
La réunion du 26 juin 2002 a permis d´introduire les activités du groupe de travail européen sur les inventaires de fonds numérisés. Elle a conduit à une position commune sur les évolutions escomptées de l´annuaire, en préparation de la réunion européenne du 5 juillet 2002 qui s´est tenue à Paris sur les thématiques de l´interopérabilité et du recensement des initiatives de numérisation.

Bonnes pratiques et compétences

Cette démarche de recensement permet d´identifier les centres de compétences sur différents types de documents et les pratiques utilisées dans le secteur culturel.

Exemples de bonnes pratiques et recommandations

Le site sur la numérisation décrit précédemment contient des documents de référence et des recommandations pour la numérisation du patrimoine.
Les documents de références sont relatifs aux questions techniques, documentaires et juridiques :
Information technique et documentaire :

  • Plan de nommage des fonds
  • Fiches sectorielles (pour les bibliothèques, pour les archives)
  • Recommandations sur la préservation
  • Recommandations sur les aspects documentaires, les applications, le matériel

Information juridique :

  • Questions juridiques liées à l´exploitation des documents numériques
  • Guides d´élaboration de contrats pour la numérisation
  • Recommandations pour la gestion des droits d´auteurs
  • Exemple de contrat de cession de droits photographiques

Ces rubriques font éventuellement référence à des bonnes pratiques, comme celle du protocole de décentralisation culturelle créant la Banque Numérique du Savoir en Aquitaine (BNSA) qui montre les conditions juridiques permettant à une collectivité locale de réaliser un projet régional en partenariat avec l´Etat.
La BNSA mutualise les ressources patrimoniales de plusieurs institutions dans la région Aquitaine. Pour gérer une base centrale, la question des droits et responsabilités de chacun des établissements, l´obtention des fonds, l´intégration d´un nouveau membre du consortium, de nombreuses dispositions légales et organisationnelles ont du être prises. Les documents ayant servi de base à cette coopération régionale sont publiés sur le site numérisation.
La promotion et le soutien des bonnes pratiques de numérisation de nos partenaires européens est assurée grâce à un colloque organisé en novembre 2002, où seront invités plusieurs de nos partenaires (http://www.alienor.org/colloque/index.htm) et deux numéros de la publication "Culture & Recherche" consacrés aux expériences européennes, "L´Europe et la société de l´information "
(http://www.culture.gouv.fr/culture/editions/r-cr/cr88.pdf) paru en janvier 2002 et n° 93, novembre-décembre 2002 paru en novembre 2002, Le patrimoine numérisé scientifique et culturel européen, http://www.culture.gouv.fr/culture/editions/r-cr/cr93.pdf.

Centres de compétences

La sélection et l´évaluation des projets de numérisation pour le programme national de numérisation sont réalisées par le Comité ministériel "informatique documentaire et multimédia".
Les membres du comité sont les personnes ressources des différents secteurs culturels, pour les questions de numérisation :

  • à la Mission de la Recherche et de la Technologie, Alain Maulny, Martine Tayeb et Marie-France Calas constituent un pôle de compétences transversal en matière de numérisation du patrimoine culturel ;
  • à la Direction du Livre et de la Lecture, Laure Cédelle ;
  • à la Direction des Archives de France, Catherine Dhérent et Joël Poivre ;
  • à la Direction des Arts Plastiques, Evelyne Pierre ;
  • à la Direction de l´Architecture et du Patrimoine, Christophe Dessaux, Geneviève Pinçon, Luc Lièvre ;
  • à la Direction des Systèmes d´Information, Michel Bottin et Frédéric Roland.

Des institutions spécialisées jouent également un rôle particulier et apportent une expertise technique pointue, telles que l´Institut national de l´audiovisuel pour les documents sonores et audiovisuels, l´IRCAM pour la musique et le son, la Bibliothèque Nationale de France pour les imprimés, le C2RMF pour les bases de données et outils de traitement des images pour la conservation/restauration du patrimoine.

Principales initiatives de formation à la numérisation

Des formations sont organisées toute l´année, par le bureau de la formation du Ministère de la Culture en collaboration avec Mr Alain Maulny, responsable du programme national de numérisation, à destination des institutions culturelles. Des experts des différents secteurs culturels y contribuent.
400 agents du Ministère de la Culture et de la Communication ont été formés entre 1998 et 2001. Les stages s´adressent aux chefs de projets, aux personnels chargés de mettre en oeuvre les projets, documentalistes, photographes, informaticiens (stages techniques de numérisation).
Des stages spécifiques (pratique de logiciels de retouche d´images, numériseurs, appareils numériques, calibrage de la chaîne) sont destinés aux photographes, d´autres sont consacrés aux questions de droit, et à la numérisation des fonds sonores. Des interventions ponctuelles ont lieu dans des séminaires, des formations universitaires, colloques etc. et dans des formations à la demande des Directions Régionales des Affaires Culturelles (DRAC) ou à la demande de groupements de musées par exemple.
L´INA et l´IRCAM organisent des formations spécifiques sur la production audiovisuelle, la musique ou la conservation des documents numériques. Ils peuvent également intervenir dans les stages organisés par le Ministère de la Culture et de la Communication. Des journées d´études sont également organisées par la Bibliothèque Nationale de France, la Direction des Archives de France, la Commission "informatique documentaire et multimédia" du Conseil Ministériel de la Recherche.
Pour la mise en oeuvre des projets, les responsables du programme national de numérisation se déplacent sur tout le territoire pour apporter un soutien aux équipes au démarrage des projets. Les sociétés en charge de la réalisation technique de la numérisation des documents organisent des visites sur le site de production pour les porteurs de projets.
L´ensemble des personnes ressources, dans chacun des secteurs culturels concernés et les personnes en charge du programme national de numérisation du patrimoine culturel et scientifique du Ministère de la Culture apportent un support permanent à la réalisation des projets.
Les actions concernent à la fois des sessions d´information préalable, la prise de conscience des enjeux et méthodologies de mise en oeuvre d´un projet de numérisation, de véritables actions de formation enfin un support et une expertise constamment disponibles lors de la réalisation des projets.
L´expertise et le développement des compétences sont constamment maintenues grâce à des publication régulières des services du Ministère, telles que le bulletin sur l´EAD, ou "Culture & Recherche" sur les activités de recherche en matière culturelle (http://www.culture.gouv.fr/culture/doc/index.html).

Valeur ajoutée européenne et structure du contenu

La coopération européenne doit faciliter l´identification de bonnes pratiques au niveau international et conduire à la définition de recommandations et de priorités communes.

Qualité et accessibilité des sites Internet

Les travaux sur la qualité engagés au niveau européen, à partir du Cadre de Qualité de Bruxelles, établi en 2001 afin d´homogénéiser les critères de qualité dans la présentation des ressources culturelles sur Internet seront relayés auprès des différentes structures françaises impliquées dans les procédures qualité. L´ensemble des dispositifs existant au niveau national doivent nourrir la réflexion européenne et prendre en compte la démarche commune entreprise par les Etats européens.
Une agence interministérielle, l´ATICA (Agence pour les Technologies de l´Information et de la Communication dans l´Administration) (http://www.atica.gouv.fr/), diffuse des informations et organise des rencontres sur les thèmes de l´interopérabilité, la publication sur Internet, la réutilisation des données, les services en ligne
Le rapport de janvier 2002 La diffusion numérique du patrimoine, dimension de la politique culturelle par Bruno Ory-Lavollée (http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/rapports/ory-lavollee/ory-lavollee.pdf) a abordé les questions relatives à la qualité du site du Ministère de la Culture et des services liés aux fonds culturels accessibles en ligne.
Ces travaux ont permis de lancer un vaste projet de refonte du site (http://www.culture.fr), avec pour objectif majeur de valoriser les ressources culturelles en ligne. Le chargé de mission et la conseillère du ministre chargée de la société de l´information sont informés régulièrement des travaux européens en cours sur la grille qualité.
Le cahier des charges du nouveau site, comme la grille qualité européenne en cours d´élaboration insistent sur la nécessité de tenir compte de critères tels que la visibilité et les métadonnées, l´authenticité de l´information, la maintenance et le respect des droits de la propriété intellectuelle, etc.
Il existe actuellement un Comité de rédaction Internet du Ministère de la Culture et de la Communication, (http://www.culture.gouv.fr/cri/), qui a édicté des consignes pour la publication de ressources par les différents services du ministère. Ces recommandations portent sur l´accessibilité, la charte graphique, la gestion technique des sites et les métadonnées. Le Comité de Rédaction Internet propose également des fonctions mises en commun et réutilisables par tous.
Chaque responsable de base de données nationales assure un contrôle qualité sur les ressources numériques publiées. Ce contrôle porte à la fois sur l´indexation et sur la qualité des collections numériques. Cette étape dans le processus de mise en ligne permet un contrôle éditorial pour assurer l´authenticité, la qualité et l´exactitude des informations publiées.
La MRT est chargée de la maintenance du Guide de l´Internet Culturel et assure la représentation française pour le Portail européen de la culture (http://europa.eu.int/comm/culture/index_fr.htm). Elle suit et est largement impliquée dans les travaux du groupe qualité du Groupe des Représentants Nationaux sur la Numérisation du patrimoine culturel et scientifique.
Le chargé de mission Internet du ministère, le comité de rédaction Internet et les responsables du contrôle qualité des ressources mises en lignes sont associés aux travaux, la responsable du guide de l´Internet culturel et le responsable du programme national de numérisation participent aux réunions du groupe européen sur la qualité, ils contribuent aux discussions européennes et sont informés régulièrement de l´avancement des travaux sur la grille qualité.
Avec pour objectif d´associer des représentants d´autres ministères aux initiatives du GRN et de prendre en compte l´utilisation des données patrimoniales dans un contexte éducatif, une experte du Centre National d´Education à Distance a également rejoint le groupe d´experts européens sur la qualité des sites Internet culturels.

Préservation et pérennité à long terme

Les Archives Nationales ont préparé un guide sur la préservation des données numériques intitulé Les archives électroniques présenté à l´adresse suivante :
http://www.archivesdefrance.culture.gouv.fr/fr/archivistique/index.html
.
Les services d´archives suivent, avec l´Institut National de l´Audiovisuel, les travaux du réseau européen ERPANET.
Au niveau des bibliothèques, la Direction du Livre et de la Lecture a écrit les recommandations relatives à la numérisation du patrimoine, sur l´archivage des fichiers, la pérennité des collections, les mesures nécessaires de conservation des informations numériques et de leurs supports.
Des recherches sont menées sur les techniques d´émulation et de migration sur différents supports, par des établissements publics, tels que l´INA et en collaboration avec des laboratoires du CNRS ou de l´Ecole Normale Supérieure d´Ulm.
La stratégie de développement d´outils en logiciel libre s´inscrit également dans une démarche d´accès à long terme aux documents, quel qu´en soit le format.
La vision à long-terme est une caractéristique nécessaire des politiques engagées en matière de numérisation du patrimoine. Aussi, l´engagement du ministère, au niveau des orientations stratégiques de la recherche et des programmes sur plusieurs années permet de garantir la pérennité des dispositifs en place pour la numérisation du patrimoine culturel et scientifique.

Activités de recherche sur la numérisation

Une politique de l´innovation est indispensable pour assurer la qualité des services proposés pour valoriser les contenus culturels et la préservation à long terme des documents. La recherche sur la numérisation et la valorisation des ressources numérisées est inscrite dans les orientations stratégiques de la recherche du Ministère de la Culture et de la Communication pour 2002-2004 (http://www.culture.gouv.fr/culture/mrt/cmr
/schema2001_2004/som_schema_rmc_01_04.htm
).
Les thèmes suivants apparaissent clairement dans la stratégie du ministère :

  • la normalisation et l´interopérabilité des systèmes documentaires,
  • l´implication des collectivités locales dans les projets de numérisation,
  • le développement de plates-formes libres et du formatage des documents en XML pour la gestion et la valorisation des collections,
  • l´extension du programme national de numérisation du Ministère de la Culture et de la Communication,
  • l´engagement dans des projets de recherche européens et internationaux.

Les recherches sur la représentation des collections en haute qualité, les ontologies, la préservation des informations et des supports, l´indexation assistée et l´accès aux ressources distribuées sont considérées comme des priorités au sein des structures de recherche culturelles.

Numérisation de haute qualité et accès par les contenus

La numérisation de haute qualité fait l´objet de recherches pour la préservation des caractéristiques des œuvres et leur valorisation (notamment par le Centre de Recherche et de Restauration des Musées de France). Les recherches conduites sur la qualité technique des documents numérisés permettent de développer de nouveaux modes d´accès à l´information et d´aide à l´indexation, reconnaissance d´images pour l´audiovisuel, reconnaissance de signatures des peintures de collections des musées, recherches par le contenu pour accéder par exemple à des œuvres musicales grâce à des sons présentant des caractéristiques particulières.
Grâce aux recherches conduites sur la qualité technique des documents numérisés, il est possible de mieux les préserver et de mieux les valoriser.

Préservation des supports

Afin de fournir des informations fiables sur les supports physiques de stockage des informations numériques, il est nécessaire de conduire des tests de vieillissement. Dans le but de ne pas répéter ce travail et de permettre aux institutions qui numérisent leurs ressources d´en assurer la pérennité, le laboratoire National d´Essais et deux laboratoires du Centre National de la Recherche Scientifique a initié avec la Mission de la Recherche et de la Technologie du Ministère de la Culture et de la Communication (en accord avec la BNF et l´INA), un projet de Groupement d´Intérêt Public qui viserait à servir de centre de recherche et de ressources pour la fiabilité et la pérennité des supports et informations numériques.
Etant donné l´intérêt de ces recherches pour l´ensemble des Etats conduisant des programmes de numérisation, il est envisagé de réaliser ce projet avec des partenaires européens intéressés et de partager ainsi les financements nécessaires.

L´accès à des contenus distribués

Aux niveaux national et européen, la responsabilité de la maintenance des données est répartie entre nombre d´institutions. Les initiatives régionales doivent pouvoir être connectées afin d´accéder à des services communs et faire baisser les coûts des infrastructures techniques nécessaires.
Le Ministère de la Culture et de la Communication soutient ces démarches, au travers du développement de services utilisant des logiciels libres, notamment des applications utilisant la plate-forme SDX, qui permettent d´accéder à des ressources demeurant au niveau régional. Les outils développés en logiciel libre et les standards définis conjointement par l´ensemble des secteurs culturels (dans la Commission "informatique documentaire et multimédia" du Conseil Ministériel de la Recherche) garantissent que les outils développés dans une région pourront être utilisés dans les autres.
Ainsi l´application BibX de gestion bibliographique utilisant la DTD BiblioML (DTD: Définition de Type de Document), le service d´annuaire de l´OCIM, celui des fonds numérisés sont des services développés en logiciel libre qui pourront être ré-utilisés, améliorés, adaptés, complétés par d´autres institutions.
Le projet BibX de système de gestion bibliographique, au développement duquel participe la DRAC Lorraine est réalisé en concertation avec d´autres services intéressés, susceptibles d´utiliser le système final.
La plate-forme SDX version 2 permet l´indexation de ressources distribuées. Les objectifs pour l´année 2003 prendront en compte l´expérimentation de services utilisant des ressources distribuées, avec SDX2 et avec le protocole "Open Archive Initiative Protocol for Metadata Harvesting". Ils permettront de développer des centres de compétences dans ces domaines et d´analyser les modes d´organisation à mettre en place pour garantir la fiabilité de l´information et offrir des services de haute qualité.

La normalisation des descriptions

La politique de normalisation documentaire doit permettre de garantir l´interopérabilité sémantique des ressources. Elle comprend à la fois la production de DTD sectorielles ou à usage transversal, la participation aux entités internationales de numérisation, enfin la promotion d´équivalence et de relation entre les différents systèmes descriptifs.
Ainsi, la Direction des Archives de France a pris en charge la traduction en français de la DTD EAD (Encoded Archival Description).
Une DTD pour les dossiers d´artistes a été élaborée pour décrire les artistes, leur biographie et leur production de manière cohérente, quel que soit le secteur culturel. Elle est utilisée dans le répertoire des arts du spectacle qui décrit des fonds issus de tous types d´institutions, sur les arts du spectacles.
La DTD BiblioML a été réalisée pour les notice bibliographiques.
La DTD Illustration permet de décrire les documents graphiques relatifs au patrimoine mobilier ou immobilier.
La DTD Inventaire décrit les dossiers scientifiques de l´Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France.
L´ensemble de ces DTD est référencé dans le Répertoire des Schémas XML de l´Administration maintenu par l´agence ATICA (http://www.atica.pm.gouv.fr/pages/documents
/fiche.php?id=1035&id_chapitre=8&id_theme=14&letype=0#
).
Un travail est en cours sur les vocabulaires, notamment pour offrir des métadonnées de qualité qui permettent d´accéder aux ressources Internet du Ministère de la Culture et de la Communication.

Valorisation des ressources

Dans le domaine de la valorisation des ressources numérisées les activités de recherche permettent d´apporter des solutions techniques et/ou méthodologiques nouvelles. Elles visent à relier des ensembles documentaires hétérogènes, à proposer des modes de navigation conviviaux, à représenter des ressources culturelles de manière interactive et à fournir les moyens à des structures modestes de valoriser leurs ressources sans développer des compétences technologiques très importantes.
Dans le secteur du tourisme, le Centre Européen des Technologies de l´Information en milieu Rural dans la région Midi-Pyrénées (http://www.cetir.net/prog_r&d/hypercarta/hypercarta.htm), en collaboration avec la société Matra, a associé un Système d´Informations Géographiques, des ressources culturelles numériques et des informations touristiques. La valorisation du patrimoine est intégrée à la navigation dans un territoire.
Des outils doivent également être développés pour permettre de valoriser simplement des collections numériques. La Mission de la Recherche et de la Technologie a financé le développement d´une application qui permet de générer des parcours de documents multimédias, publiables sur Internet. Les premières applications générées sont actuellement en phase de test. Les institutions culturelles utilisatrices n´ont pas besoin de compétences techniques importantes et peuvent se concentrer sur les aspects éditoriaux. D´autres générateurs d´applications faciles à utiliser et conviviaux sont actuellement à l´étude pour valoriser les collections culturelles.





TOP


Copyright Minerva Project 2003-05, last revision 2003-05-22, edited by Minerva Editorial Board.
URL:www.minervaeurope.org/publications/globalreport/globalrep02htm/france-fr.htm
Valid HTML 4.0!